Une multiplicité d’acteurs qui mettent en débat la réhabilitation du bâti ancien en pisé

La diffusion d’un savoir écrit, notifié, régulé est cependant complexe face à la variabilité des situations rencontrées et à la multiplication des acteurs, enjeux et protocoles qui s’appliquent au bâti ancien. Aujourd’hui, l’existence de réseaux actifs et mobilisés, d’outils de communication, la connaissance de la diversité des atouts du matériau terre et le nouveau regard porté par les professionnels et le grand public sur l’architecture de terre sont des points forts de la filière terre. Pourtant, des obstacles subsistent. Ainsi, « le manque de coordination interprofessionnelle au sein de la filière serait à la base d’une faible capitalisation des savoirs, induisant un matériau peu abordé dans l’enseignement professionnel et général et donc peu de professionnels formés, ce qui génèrerait une faible culture générale de la terre crue et donc peu de référentiels techniques »33.

La réhabilitation du bâti ancien en terre crue est, de plus, investie par un certain nombre d’acteurs plus traditionnels de la construction et de la réhabilitation. Professionnels de la construction dite « conventionnelle », de la réhabilitation écologique et de la réhabilitation du bâti ancien, architectes du patrimoine, structures de conseil, techniciens et élus des collectivités investis dans des projets d’habitat ou d’économie d’énergie se rencontrent dans les projets de réhabilitation, qu’ils soient portés par des propriétaires bailleurs ou occupants, par des acteurs publics ou dans le cadre de politiques associatives ou institutionnelles. Ces projets semblent concentrer, dans un espace-temps restreint, prescriptions, normes, valeurs, aspirations et expériences constructives. Ils sont le lieu de nombreux débats entre le savant et le populaire, les architectes, les ingénieurs, les habitants, les communautés de pratique, les prescripteurs techniques ou les conservateurs du patrimoine et sont révélateurs de nouveaux types d’« expertise », mais aussi d’espaces de dialogue autour de la relance, de l’expérimentation et de la mise en œuvre de savoirs constructifs appliqués à la réhabilitation.

 

33 LEYLAVERGNE, Elvire, 2012. La filière terre crue en France : enjeux, freins et perspectives [en ligne]. Mémoire de DSA-Terre. [S.l.] : École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble. 154 p. Disponible sur : <http://www.asterre.org/component/attachments/download/98 > (consulté le 25 novembre 2014).