Relancer la construction en terre : redécouvrir les savoir-faire du pisé

Au-delà de cette démarche de connaissance, c’est un véritable mouvement de relance de la construction en terre qui s’est constitué dans la deuxième moitié du 20ème siècle. C’est, en effet, à travers les recensements du bâti existant et par la pratique constructive, en comprenant les modalités de conception du bâti existant en terre et les faiblesses relatives du matériau qui le compose que commence à émerger la revendication d’un « savoir architectural » et d’une « méthode de conception adaptée à la fragilité du matériau terre », qui vont s’appliquer au départ à la construction neuve22.

En parallèle, dès le début des années 1980 sont posées les « conditions de la réhabilitation des architectures en pisé » et une analyse de leur pathologie23. Bien que l’intérêt de la communauté scientifique pour l’application de ces questions au bâti vernaculaire local semble s’amoindrir par la suite, la recherche sur la conservation des patrimoines monumentaux et archéologiques, les circonstances de dégradation du bâti et les pratiques traditionnelles de conservation permettront de mettre en place une méthodologie de diagnostic et d’intervention à l’échelle de l’architecture et du territoire24, développée en priorité sur les sites du patrimoine mondial en terre crue mais rapidement enseignée dans les formations post-diplôme de l’ENSAG.

Cette connaissance se construit dans un lien fort avec le développement des recherches fondamentales sur le matériau terre25 et sur les systèmes constructifs non industrialisés26, ainsi qu’à travers l’expérimentation sur projets réels27.

 

22 GUILLAUD, Hubert, HENRY, N.,et al. 1984. Pour une étude raisonnée du pisé. Grenoble : MUL, SRA, EAG.
23 SCARATO P, 1982. Les conditions actuelles de la réhabilitation des constructions en pisé. Région du Dauphiné. Grenoble : UPAG. SCARATO P, 1986. Pathologie et réhabilitation du patrimoine en pisé. Paris : Plan Construction. HARDOUIN-FUGIER, Elisabeth, MICHEL, Philippe, 1987. Le patrimoine européen construit en terre et sa réhabilitation: colloque international placé sous le patronage de l’Agence Nationale pour l’amélioration de l’habitat. Vaulx-en-Velin.
24 CRATERRE, EAG, CENTRE INTERNATIONAL D’ÉTUDES POUR LA CONSERVATION ET LA RESTAURATION DES BIENS CULTURELS (dir.), 1991. Cours international sur la préservation du patrimoine architectural en terre. Une approche méthodologique. Projet GAIA – Formation. Rapport final. Grenoble Rome : ICCROM CRATerre-EAG.
25 FONTAINE, Laetitia, ANGER, Romain, DOAT, Patrice, HOUBEN, Hugo, VAN DAMME, Henri, 2009. Bâtir en terre: du grain de sable à l’architecture. Paris, France : Belin : Cité des sciences et de l’industrie. 223 p. BUI, Quoc-Bao, 2008. Stabilité des structures en pisé: durabilité, caractéristiques mécaniques. Thèse doctorat. Lyon, France : Institut national des sciences appliquées. 249 p. CHABRIAC, Pierre-Antoine, 2014. Mesure du comportement hygrothermique du pisé. Lyon : ENTPE – Laboratoire Génie Civil et Bâtiment – LTDS UMR 5513.
26 CSTB, CRATERRE, ENTPE-FORMEQUIP, CONSTRUIRE EN CHANVRE, RÉSEAU ECOBÂTIR, CAPEB, 2011. Analyse des caractéristiques des systèmes constructifs non industrialisés [en ligne]. : DGALN/CSTB/ADEME. http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Rapport_final_ACSNI_novembre_2011.pdf
27 PACCOUD, Grégoire, LE TIEC, Jean-Marie, 2006. Pisé H2O. De l’eau et des grains pour un renouveau du pisé en Rhône-Alpes. Villefontaine : CRATerre-ENSAG.