Relancer la construction en terre : connaître et comprendre l’existant

L’intérêt pour le bâti ancien, ses typologies et ses matériaux est de fait visible dès le 19ème siècle et les premières études de géographie humaine. Il se manifeste de manière plus systématique dans les analyse des types, genres et variantes réalisées dans le cadre du Corpus d’Architecture Rurale, qui intègrent, notamment dans les opus traitant du « Dauphiné » et du « Lyonnais », « un procédé de construction particulier : la construction en pisé banché »10. Ces recensements généraux à vocation de connaissance intègrent déjà le bâti en pisé dans une perspective territoriale. Dans la même démarche, l’Inventaire Général11 « recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique » et vise à « enrichir la connaissance d’un patrimoine commun pour décider ensemble de son avenir »12. Dans cette perspective, il agit par territoire, au fil d’études topographiques ou par thématiques. C’est dans cette optique que le matériau (et donc les architectures de terre) peut être intégré13. Il en est de même dans d’autres recensements locaux, réalisés non plus à vocation seule de connaissance, mais pour agir sur le bâti ancien dans le cadre de sa rénovation14.

En parallèle de ces démarches institutionnelles, des recensements plus spécifiques aux architectures de terre sont engagés sur la région Auvergne-Rhône-Alpes à partir des années 1980. Si ces recensements présentent également, dans un premier temps, une vocation de connaissance afin de « faire connaître la présence et l’intérêt de l’architecture de terre », ils articulent rapidement cette activité à une volonté d’action sur le bâti afin de « permettre sa réhabilitation technique et culturelle et d’utiliser à nouveau ce matériau dans la construction »15.

Une première série de recensements, réalisée entre 1981 et 199116, présente la diversité des architectures de terre (diversité des architectures et des techniques utilisées) et leur répartition régionale, sur la base de relevés et de rendus graphiques, généralement sous forme de fiches incluant, pour des bâtiments considérés comme remarquables, des plans d’implantation, des plans du bâti, des plans en élévation et des détails constructifs. Des remarques permettent également d’avoir accès à la nature du pisé, aux usages du bâti, à leur état et aux caractéristiques des constructions aux abords et de l’environnement. La cartographie est également utilisée, que ce soit pour repérer les bâtiments inventoriés ou pour montrer l’étendue et la répartition des architectures de terre.

A la même époque, des recensements plus localisés sont également réalisés, dans le cadre de projets de recherche17 ou de mise en valeur du patrimoine18. Ces recensements ont notamment été réactualisés et utilisés comme support de connaissance et de valorisation du bâti ancien en pisé à partir des années 201019.

Actuellement, et en parallèle de la construction de ce projet de recherche, diverses activités de recensement sont en cours. Si elles visent également, à travers le recensement, à mieux connaître le bâti ancien en pisé, elles semblent aujourd’hui s’inscrire dans de nouveaux objectifs. On notera ainsi le lancement d’inventaires participatifs, appelant à la participation du public pour aider à la constitution d’une connaissance souvent éparse et difficile d’accès (notamment pour ce qui est du pisé urbain)20. Par ailleurs, d’autres démarches, telle celle engagée par le Pays d’Art et d’Histoire du Pays Voironnais en lien avec les services départementaux de l’Inventaire Général, visent à connaître le bâti pour l’intégrer dans une réflexion sur les politiques d’aménagement du territoire21. Face à ces nouveaux besoins et à l’évolution des outils numériques, un changement apparaît dans les méthodologies employées, le type de données collectées et leur potentielle inter-opérabilité avec des systèmes d’information utilisés par d’autres acteurs tels les services gérant le patrimoine ou les services techniques des collectivités.

Ces inventaires semblent en effet pouvoir apporter une autre lecture des bâtis vernaculaires qui émaillent les paysages régionaux, nous renseignant sur les mondes sociaux, économiques et politiques qui les ont construit, et fournissant des bases pour la discussion sur leur aménagement. Un certain nombre de questions se pose alors, quant à l’intérêt et aux modalités d’une approche transversale de ces inventaires et recensements. Est-il possible et souhaitable de pouvoir les regrouper pour avoir une vision d’ensemble du bâti en pisé sur le territoire régional ? Dans quel objectif ? Peut-on favoriser cette transversalité tout en préservant les spécificités de chaque démarche ? Selon quels critères ? L’outil cartographique peut-il porter cette transversalité ? Autant de questions qui se sont posées dans le cadre de ce projet – qui comprend lui-même une composante de recensement du bâti – et que nous avons commencé à examiner.

 

10 RAULIN, Henri, 1977. Dauphiné. Paris, France : Berger-Levrault. 277 p..ROYER, Claude, 1979. Lyonnais. Paris, France : Berger-Levrault. 231 p.
11 Inventaire Général du Patrimoine Culturel, service national créé en 1964 à l’initiative d’André Malraux et d’André Chastel
12 Art 95. I de la loi n°2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales
13 Lorsqu’il apparaît présent sur un territoire, comme dans les inventaires réalisés en Nord Isère ou dans la Loire, ou à travers la thématique d’ »Architecture Rurale ». CONSEIL GÉNÉRAL DE L’ISÈRE, SERVICE PATRIMOINE, 2009. Pays de Bourgoin-
Jallieu: entre Bourbre et Lyonnais, les cantons de Bourgoin-Jallieu nord et sud, l’Isle-d’Abeau et La Verpillière. Grenoble, France : Service du patrimoine culturel. GUIBAUD, Caroline, 2005. « L’architecture en pisé dans le canton de Boën (Loire) ». In : In Situ. Revue des patrimoines. 1 septembre 2005. n° 6.
14 Voir à ce sujet les documents publiés dans les années 1980 par les Pact et EDF. ELECTRICITÉ DE FRANCE (dir.), 1985. Le bâti ancien des pays de l’Ain. Paris : EDF CAL-PACT de l’Ain. Coll. Connaissance de l’habitat existant. PACT DE L’ISÈRE, 1985. Le bâti ancien en Dauphiné. Grenoble : PACT, EDF EDF. Coll. Connaissance de l’habitat existant.
15 Conseil d’architecture, d ’urbanisme et de l’environnement, 1983. L’architecture de terre. Bâtiments caractéristiques de la région Rhône Alpes [en ligne]. Bourg-en-Bresse, France : CAUE de l’Ain. 159 p.
16 Ibid. et SCARATO, Pascal, 1984. Inventaire du patrimoine en pisé du département de la Loire. Clermont-Ferrand : Pisé Terre d’avenir. JEANNET, Jacky et SCARATO, Pascal, Inventaire des architectures de terre en Livradois Forez. Étude réalisée pour le PNR du Livradois Forez. DOAT (dir.), 1987. Evolution des architectures de terre et éléments de la conception architecturale. Rapport pour le Bureau de la Recherche Architecturale. Programme 1987.
17 BERTIN, D., CLÉMENÇON, A.S., 1983. L’architecture en terre, un mode de construction urbain ? Le cas de Lyon et sa Banlieue. [s.l.] : Ministère de l’urbanisme et du logement. Coll. François Cointeraux 1740-1830. Architecture de terre.
18 JOFFROY, Thierry, SAPERE, D., BALDUSSI, Alessandro, 1991. Patrimoine architectural en pisé et en galets en pays de Valloire-Galaure. Repérage de bâtiments typiques et particuliers. Saint Vallier Grenoble : GICAM CRATerre-EAG.
19 Voir à ce sujet : Rénover et construire en pisé en Livradois Forez, 2010-2014 : Les Architectures en pisé du Parc : http://www.pise-livradois-forez.org et ALEX, Dorothée, 2011. Le petit guide des architectures en Pisé à Lyon.
20 MILLE Emmanuel et al. Inventaire participatif du patrimoine en pisé lyonnais. Inventaire en cours consultable sur : http://www.patrimoine-terre-lyonnais.museedesconfluences.fr/
21 STUDER Dora, 2016. Clés de lecture et enjeux de l’architecture terre en pays voironnais. Étude pour le pays d’art et d’histoire du pays voironnais et mémoire de DSA Architectures de terre.