Réhabiliter le bâti ancien : une architecture ordinaire qui devient « patrimoine » ?

La réhabilitation du bâti ancien s’inscrit dans une double dynamique. Il s’agit à la fois d’améliorer le bâti ancien, de le transformer pour l’adapter aux exigences contemporaines et de revaloriser son image, pour faire de ce qui était autrefois un bâti rural ordinaire un élément digne d’être conservé et valorisé1.

Ce bâti, qu’il soit rural ou urbain, à vocation agricole ou résidentielle, ouvrier ou bourgeois, public ou privé, est en effet avant tout un bâti en usage, perpétuellement soumis à des modifications, adaptations et reconstructions. De plus, à mesure que la catégorie de « patrimoine » s’impose à ce bâti et qu’un intérêt croissant lui est porté du fait du caractère soutenable de l’architecture vernaculaire et des matériaux qui la composent, il est appelé à être mis en valeur, rénové ou réhabilité2. Il apparaît cependant complexe de le « conserver » ou de le « restaurer » comme on le ferait d’un patrimoine monumental classé3, encore moins d’y appliquer des mesures de protection strictes.

Depuis les années 1970, c’est plutôt une protection diffuse de l’habitat, des matériaux et des savoirs qui a été mise en place, via des politiques d’aménagement des espaces ruraux et des programmes de conseil aux habitants, élus et collectivités, portés, entres autres, par les Conseils d’Architecture, d’Environnement et d’Urbanisme (CAUE), les Opérations d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) et, dans certains territoires, les Parcs Naturels Régionaux4. Ces investissements institutionnels s’accompagnent d’une mobilisation forte des propriétaires, des professionnels et des associations pour la défense de l’habitat rural, des maisons paysannes et des savoir-faire, qui participent eux aussi à la constitution et à la diffusion de savoirs sur ces bâtis et leur réhabilitation.

Au-delà de la transformation des patrimoines et paysages ruraux, la réhabilitation du bâti ancien est également au cœur de fortes préoccupations concernant la transition énergétique. Elles reposent la question de la transformation des bâtiments existants dans l’optique de les rendre économes en énergie tout en mettant l’accent sur leur préservation. La rénovation énergétique fait ainsi émerger de nouveaux acteurs autour du bâti ancien (Espaces Info Énergie, Bureaux d’étude thermique), ainsi que de nouvelles formes de mobilisation, qui questionnent l’opportunité de mettre en place des protocoles homogènes (concernant notamment l’isolation du bâti ancien) et soulignent les désordres qu’ils pourraient causer sur un bâti dont la constitution est variable5.

La pratique de la réhabilitation interroge également les processus de production de l’espace bâti6. Il s’agit en effet non seulement d’aborder la transformation du bâti à l’échelle de l’intervention sur l’enveloppe, mais également de penser l’évolution de son organisation, de la densité des espaces, des pratiques, usages et solidarités, en se positionnant à l’échelle des territoires. De plus, si la réhabilitation est aujourd’hui une réalité de la pratique architecturale, le positionnement des architectes dans « les marchés de l’existant » reste relativement complexe, face à un secteur majoritairement géré « en direct » par la maîtrise d’ouvrage7.

Ces différents acteurs participent à la connaissance du bâti ancien et à l’élaboration de méthodologies d’intervention sur ce dernier, à travers différents canaux : publication d’ouvrages, manuels techniques, revues de références, conférences, expositions, articles de presse ou publications en ligne. Autant de publications qui participent, aux côtés de la transmission des savoirs sur le terrain, à la constitution, au partage et à la mise en débat des savoirs de la réhabilitation.

 

1 L’analyse présentée ici s’applique principalement au bâti vernaculaire situé en milieux ruraux et périurbain, le bâti ancien des grandes agglomérations et des “secteurs sauvegardés” répondant à d’autres problématiques, qui ont été déjà traitées de manière approfondie dans la bibliographie (bien que la situation du bâti ancien en pisé en milieu urbain reste à approfondir)
2 RAUTENBERG, Michel, 2007. « La maison rurale rénovée, métaphore de la maison vernaculaire ? ». In : Architecture , espace vécu, espace pensé. 2007. p. 115-126.
3 CHOAY, Françoise, 1992. L’allégorie du patrimoine. Paris : Seuil. TOUSSAINT, Jean-Yves, 2006. Concevoir pour l’existant: d’autres commandes, d’autres pratiques, d’autres métiers. Lausanne, : Presses polytechniques et universitaires romandes.
4 DAVALLON, Jean, TARDY, Cécile, MICOUD, André, 1997. « Vers une évolution de la notion de patrimoine ? Réflexions à propos du patrimoine rural. » In : POULOT, Dominique, GRANGE, Daniel-Jacques (dir.), L’esprit des lieux. le patrimoine et la cité. Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble. p. 196-213. DUBOST, Françoise, CHIVA, Isac, 1990. « L’architecture sans architectes : une esthétique involontaire ? ». In : Études rurales. 1990. Vol. 117, n° 1, p. 9-38.
5 MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DE L’ENVIRONNEMENT, DU DÉVELOPPEMENT DURALE ET DE LA MER, MAISONS PAYSANNES DE FRANCE, CETE DE L’EST, 2011. Rapports et fiches techniques des programmes BATAN, ATHEBA et HYGROBA [en ligne]. [S.l.] : CEREMA de l’EST. http://www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr/productions-a-telecharger-r1521.html (consulté le 20 février 2015).
6 Cette interrogation se retrouve dans les nombreuses missions de recherche lancées par le Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA) depuis la fin des années 1990 et poursuivies par la plateforme de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment (PREBAT).
7 CHADOIN, Olivier, LAMY, Yvon, 2013. Être architecte: les vertus de l’indétermination. Limoges, France : Pulim