Une dynamique de territoire qui invite à dépasser la seule « mise en valeur du patrimoine »

Le projet dans lequel s’inscrit notre analyse s’intègre ainsi dans une succession d’actions qui doivent permettre d’envisager la construction en pisé comme un moteur de développement sur le territoire d’Isère, Porte des Alpes. L’analyse de ces actions montre cependant que si les activités d’information, de sensibilisation et de formation semblent avoir eu un impact non négligeable sur le territoire, leurs implications à une autre échelle dans les politiques économiques, professionnelles, d’habitat ou d’aménagement du territoire méritent d’être approfondies.

Les raisons en sont sans doute multiples, la construction en pisé n’étant qu’un enjeu parmi d’autres sur ce territoire ; celui-ci a en effet subi différentes reconfigurations dans les quinze dernières années, qui ont bousculé les politiques territoriales et les instances de gestion. De plus, l’association sur le territoire de communes de taille importante et de communes de taille beaucoup plus modeste, ancrées dans des problématiques différentes, conduit à des difficultés d’arbitrage entre les enjeux du territoire. La lecture des comptes-rendus des précédents projets révèle également l’importance d’un travail de proximité constant auprès des acteurs du territoire, qu’ils soient habitants, professionnels, techniciens territoriaux ou élus, afin de faire émerger une mobilisation forte autour des thématiques du bâti ancien en pisé. Soutenir cette mobilisation demande un travail soutenu, dont les dimensions restent à définir, en lien avec les besoins contemporains et les attentes de ces acteurs.

De fait, il apparaît que, bien qu’un recensement ait été effectué dans le cadre du CDDRA et un inventaire mis en œuvre par le Conseil Général de l’Isère, la connaissance spécifique du bâti en pisé du territoire reste encore à rassembler et à capitaliser. L’impact des actions réalisées autour du bâti ancien en pisé sur ce territoire et à ses abords semble également devoir être analysé pour en saisir au mieux les compléments à y apporter. De fait, les actions réalisées au cours des quinze dernières années semblent avoir ouvert la voie à une sensibilisation efficace, qui permet d’envisager aujourd’hui de dépasser l’objectif de « mettre en valeur le patrimoine pour construire une image de marque du territoire », afin d’intégrer le bâti ancien en pisé dans des dynamiques territoriales à d’autres échelles. En effet, une réflexion semble émerger au sein des collectivités territoriales d’Isère, Porte des Alpes et des collectivités environnantes, liant les enjeux d’habitat, de patrimoine, d’environnement et d’économie concernant le bâti ancien en pisé44.

À l’heure où ces collectivités doivent s’engager de manière pressante dans les débats sur leurs projets d’aménagement et de développement durable (PADD) et de Plans Locaux d’Urbanisme Intercommunaux (PLUI) un certain nombre de questions demeurent, pour comprendre au regard de quels enjeux et à travers quels outils le bâti ancien en pisé peut être valorisé et entretenu

 

44 Voir à ce sujet le « plan d’action pisé » en cours de constitution sur la communauté de communes des Vallons de la Tour, et les actions mises en œuvre par le Grand Projet Rhône Alpes, Nord Isère Durable.