Un territoire au cœur d’importantes transformations qui impactent le bâti 35

Isère, Porte des Alpes : construction du paysage

Le territoire d’Isère, Porte des Alpes correspond à un ancien delta fluvial datant de l’âge tertiaire. On y retrouve beaucoup de roches sédimentaires (poudingue et molasse), produits par l’érosion des massifs des Alpes, du massif central et du Jura. Ce pays a également été façonné par le glacier du Rhône, entre 80 000 et 16 000 avant notre ère, qui a remodelé le paysage en transportant les roches et matériaux, ensuite triés par les eaux de fonte des glaciers, formant terrasses et vallées fluvioglaciaires.

Deux types de paysages sont issus de cette époque : des pays de collines, de vallons et de plateaux (sud du territoire et communautés de communes des Balmes Dauphinoises) et celui du grand marais de Bourgoin, autour duquel se sont ensuite concentrées les populations. L’ensemble de ces mouvements géologiques ont laissé des argiles, sables, galets et éléments plus grossiers, des qualités de sols très particulières, dont certaines se prêtent assez bien à la construction en pisé. On trouve ainsi deux types de constructions majeures sur ce territoire : la pierre dans les anciens marais et sur les « îles » épargnées par les glaciers (Isle d’Abeau, Isle Crémieu) et le pisé sur les collines et plateaux.

Historiquement, l’économie traditionnelle s’est construite sur les coteaux de ces vallons, et à travers l’exploitation des prairies humides et marécageuses. Sur les versants nord : prairie, taillis et châtaigneraies. Au nord et à l’ouest, labours et céréales. Au sud, vignes et vergers. Plus récemment, la déprise agricole a conduit à un enfrichement des coteaux et au développement d’une agriculture fourragère en parallèle de l’expansion de l’occupation résidentielle sur les coteaux les mieux exposés.

 

Histoire et peuplements : de l’usage des ressources du territoire aux évolutions périurbaines

Si les recherches historiques et archéologiques laissent à penser que l’adobe et le torchis en remplissage de murs en pans de bois furent utilisés sur le territoire dès l’antiquité, assez peu de traces en subsistent aujourd’hui, au regard des nombreux vestiges de constructions en pierre qui demeurent sur ce territoire. Il en est de même pour le Moyen-Âge, où le territoire commence à se structurer autour de luttes de pouvoir entre seigneurs locaux36 afin de contrôler les communications sur cet axe majeur entre Lyon, la Savoie et l’Italie. Cette structuration en seigneuries se retrouve encore aujourd’hui dans la présence importante de petits châteaux, maisons fortes, et bourgs fortifiés dans la région.

Ce n’est qu’au 18ème siècle que l’architecture en pisé commence réellement à se développer sur le territoire, puis à prendre de l’ampleur sous l’influence de personnalités locales comme François Cointeraux qui, à la suite des Lumières, mettent en avant les atouts de la construction en pisé (accessibilité, incombustibilité), dans l’objectif d’améliorer les conditions de la vie rurale37. En parallèle, la fin des systèmes féodaux transforme le monde rural, multipliant les domaines agricoles. Il faudra cependant attendre l’essor industriel du 19ème siècle pour voir un réel développement du territoire en termes de croissance de population et donc de construction d’habitat. Les vallées situées autour de Bourgoin et de la Tour-du-Pin se développent alors, notamment de par leur forte proximité avec la région lyonnaise, qui participe à leur attrait pour les industriels. L’exemple des soyeux lyonnais est à ce titre révélateur : délocalisant leur production suite aux révoltes des canuts de 1831 et 1834, ils participent autant à la construction de domaines industriels dans les vallées qu’à la distribution de métiers à tisser et à la transformation des modes d’habiter dans les collines, où la pluri-activité se développe (agriculture et ouvrier de l’industrie). « Si la quantité de bâtiments de cette époque parvenue jusqu’à nous est considérable, il est surprenant de considérer la part de bâtiments en pisé. Finalement en deux siècles, c’est une grande partie du territoire qui s’est construite au son des pisoirs qui devaient résonner dans les vallées, construction permise par l’utilisation d’un matériau très adapté au climat et financièrement très peu onéreux »38.

Après de nombreuses années de prospérité, les années 1960 sont marquées par une forte récession industrielle au profit des régions lyonnaise et grenobloise et des vallées alpines. Très rapidement, cependant, le territoire est réapproprié en tant que couronne péri-urbaine de la région lyonnaise et se développe autour des axes de communication (l’autoroute A43 est mise en service en 1972). Ainsi, depuis le début des années 1970, le territoire se caractérise par un fort dynamisme démographique – la population ayant triplé en une cinquantaine d’années – dynamisme directement lié à la création de la ville nouvelle, qui s’est accompagnée d’une forte croissance du nombre de logement autour des communes de Villefontaine et de L’Isle-d’Abeau. De par le développement de zones industrielles dans les anciennes vallées marécageuses, le territoire reste très attractif en termes d’emploi et de constructions, bien que l’extension de la périurbanisation lyonnaise se développe bien au-delà du territoire, autour des communes de La Tour du Pin et Morestel39.

Si cette périurbanisation contribue à l’accroissement du nombre de logements et donc à une diminution de la proportion relative des constructions en pisé, comme nous le verrons dans l’analyse cartographique du territoire, elle participe également à un regain d’intérêt pour les anciennes constructions rurales du 19ème siècle, dont les constructions en pisé. Celles-ci sont alors soumises à une pression croissante en termes de rénovation, de réhabilitation ou de revitalisation des centres bourgs.

 

35 Cette partie se base principalement sur : CONSEIL GÉNÉRAL DE L’ISÈRE, SERVICE PATRIMOINE, 2009. Pays de Bourgoin-Jallieu: entre Bourbre et Lyonnais, les cantons de Bourgoin-Jallieu nord et sud, l’Isle-d’Abeau et La Verpillière. Grenoble, France : Service du patrimoine culturel. 221 p. et STUDER Dora, 2016. Clés de lecture et enjeux de l’architecture terre en pays voironnais. Étude pour le pays d’art et d’histoire du pays voironnais et mémoire de DSA Architectures de terre.
36 Notamment entre les comtes de Savoie et les Seigneurs de la Tour du Pin, qui deviendront plus tard Dauphins du roi
37 GUILLAUD, Hubert. 1997. Les carnets de l’architecture de terre. Une grande figure du patrimoine régional Rhône-Alpes. François Cointeraux (1740-1830), pionnier de la construction moderne  en pisé. CRAterre EAG, Monographie n°3. BARIDON Laurent, GARRIC Jean-Philippe, RICHAUD, Gilbert (dir.). 2015.  Les leçons de la terre. François Cointeraux (1740-1830) professeur d’architecture rurale. INHA Édition des cendres.
38 STUDER Dora, 2016. Op Cit.
39 Benjamin Beaumont, Philippe Bertrand, Insee Rhône-Alpes, Isère, Porte des Alpes : pôle économique en soi et territoire sous l’influence de Lyon. Insee Analyses Rhône Alpes N°23 – mars 2015. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=8&ref_id=22411