Proposition de méthodologie pour la création d’un plan de gestion à destination des collectivités pour la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé

Cadre général de la démarche

Le bâti ancien en pisé, un enjeu territorial

Les inventaires, recensements ou travaux de recherche réalisés sur le territoire régional au fil du temps font apparaître l’omniprésence du bâti ancien en pisé et la diversité des usages des bâtiments concernés. On retrouve notamment des logements, des édifices agricoles, des fours, des églises, des mairies, des murs de clôture, des commerces, des ateliers ou encore des usines. Construits pour la plupart entre le 18ème siècle et la Seconde Guerre mondiale, ces bâtiments sont aujourd’hui encore en fonction et composent le territoire, ses paysages mais aussi une part de son tissu d’activité.

Patrimoine collectif, ce bâti ancien est depuis quelques décennies fragilisé par des pratiques et matériaux nouveaux, qui ne sont pas compatibles avec les propriétés du matériau terre et le comportement structurel qui lui est associé. Il a aussi été sujet à une dévalorisation dans l’imaginaire collectif, étant assimilé à un « matériau pauvre » et peu solide. Ce regard porté sur la terre commence aujourd’hui à évoluer grâce aux activités de sensibilisation conduites pendant des années.

Sur un plan plus culturel, le bâti ancien en pisé est un témoignage vivant d’un savoir-faire largement répandu jusqu’à la moitié du 20ème siècle, qui a permis une construction qualitative pour le plus grand nombre. La technique du pisé a été utilisée pour la réalisation d’édifices, de hameaux, de villages, voire de villes, et ce dans une logique d’écologie, d’économie et de savoir-faire locaux.

Le bâti ancien en pisé constitue donc un élément fédérateur de la qualité architecturale et paysagère des territoires et un élément porteur de la vie économique et sociale actuelle. Il représente donc un patrimoine qui demande à être préservé et réhabilité au regard de ses spécificités, et non pas seulement valorisé à titre culturel.

L’importance du travail des collectivités

Au travers de leurs compétences, les collectivités territoriales sont un maillon essentiel de la chaîne d’acteurs impliqués dans la préservation et réhabilitation du bâti ancien en pisé. Ancrées sur les territoires et au contact de leurs besoins quotidiens, elles ont la charge de mettre en place les politiques de développement territorial tout en veillant au maintien des infrastructures, richesses culturelles et particularités locales.

Considérant les pratiques pouvant avoir un impact (positif ou négatif) sur le bâti ancien en pisé, les collectivités territoriales ont un rôle à jouer sur différentes thématiques, parmi lesquelles :

  • l’urbanisme, l’aménagement et le foncier (rédaction des Plans Locaux d’Urbanisme et Plans d’Occupation des Sols, création et entretien de voiries etc.),
  • l’habitat (attribution d’aides, conseil à la rénovation énergétique, OPAH etc.),
  • le développement économique,
  • la commande publique concernant des édifices et infrastructures,
  • la valorisation culturelle.

Au-delà de leurs attributions, les collectivités territoriales permettent également de faire remonter des besoins et informations à des organismes agissant à une échelle territoriale supérieure (ANAH, DDT…). Elles participent ainsi à l’adéquation des politiques aux besoins du territoire. Il est donc particulièrement important que les collectivités territoriales disposent en leur sein de ressources et méthodes qui leur permettent de conduire leurs activités quotidiennes et autres projets plus ponctuels de façon adaptée aux spécificités du bâti ancien en pisé.