Présentation de la méthodologie

Présentation générale

La méthodologie ici proposée pour un plan de gestion à destination des collectivités a été construite en plusieurs étapes qui sont décomposées en différents éléments :

  • une description de l’étape ;
  • les résultats attendus de la réalisation de cette étape ;
  • les méthodes / outils qui pourront être mis en œuvre pour aboutir aux résultats escomptés ;
  • les acteurs concernés par la réalisation de chaque étape.

La méthodologie est composée des 9 étapes suivantes, qui sont davantage détaillées dans le document graphique “Proposition de méthodologie pour la création d’un plan de gestion à destination des collectivités pour la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé” :
1- Réunir un comité de pilotage représentant les parties prenantes, chargé d’établir le programme et les procédures de travail
2- Définir les enjeux territoriaux liés au bâti ancien en pisé
3- Établir le système de pratiques autour du bâti ancien en pisé
4- Définir des objectifs concrets à partir des enjeux précédemment établis
5- Élaborer un programme d’actions pour atteindre les objectifs précédemment établis
6- Mettre en place le programme d’actions
7- Suivre les actions en cours
8- Effectuer une évaluation des actions terminées
9- Agir si les objectifs de ne sont pas atteints

Cette méthodologie générale décrivant le déroulé du plan est également complétée d’éléments permettant le suivi et la capitalisation des acquis du projet. Ces points seront détaillés plus bas en partie 3.3.

Conditions de la mise en place et de gouvernance

Pour pouvoir être développé et mis en application de façon optimale, le plan de gestion doit s’appuyer sur des bases solides, ce qui passe par les étapes suivantes :

  • interroger en amont le territoire (physique et humain) sur sa capacité à porter le projet (acteurs impliqués, temps à dégager, financements mobilisables, structures potentielles pour assurer la conduite ou la coordination du plan de gestion…), afin d’ajuster le calendrier, le périmètre d’intervention et les champs thématiques du plan de gestion ;
  • interroger d’autres territoires sur des démarches similaires, en cours ou achevées, pour faciliter les synergies et les partages d’expériences ;
  • communiquer en amont sur la démarche pour permettre une large mobilisation.

Ces actions préalables au véritable lancement du projet devront être portées par un comité de pilotage saisi de la thématique et considéré comme référent pour la suite des opérations. Ce comité de pilotage sera, dans la mesure du possible, composé d’un élu et d’un agent de la collectivité, ce qui facilitera la communication avec les élus et les professionnels de la collectivité. Il devra bien connaître le fonctionnement de la collectivité et de ses acteurs et être en mesure d’intégrer des composantes de projet touchant les différentes thématiques énoncées précédemment.

Il est proposé par la suite que les actions élaborées pour le territoire (étape 5) soient placées sous la conduite d’un sous-comité de pilotage. Il serait préférable qu’un binôme élu/agent assure le suivi de ces actions en tant que référent, pour faciliter la transmission des éléments techniques et politiques. Si la mise en place de ces binômes s’avère difficile, il est recommandé, toutefois, de permettre une gouvernance bicéphale, pour des questions à la fois pratiques et politiques. Cette disposition permettra notamment d’anticiper les effets d’une alternance politique ou des restructurations de services liées à la reconfiguration institutionnelle en cours.

Il est important que les parties prenantes du projet et le comité de pilotage – appuyé par les sous-comités de pilotage à partir de l’étape 5 – se réunissent régulièrement afin de décider conjointement. La gestion du bâti ancien en pisé touchant en premier lieu la population, il est essentiel que cette rencontre soit précédée d’une réunion publique, afin que les besoins des habitants, qu’ils soient ou non parties prenantes “actives” du projet, soient pris en compte dans les choix effectués. Au-delà de la réunion publique, d’autres mécanismes participatifs pourraient également être explorés pour garantir une participation active et représentative de la population.

Cet enjeu de gouvernance est crucial à plusieurs titres. Le bâti ancien en pisé étant un patrimoine, bien commun partagé par une communauté, les dispositifs mis en œuvre pour assurer sa gestion doivent être adaptés pour tous, permettre l’implication du plus grand nombre et favoriser l’échange. Par ailleurs, comme démontré précédemment, le bâti ancien en pisé fait appel, pour sa préservation et sa réhabilitation, à différents domaines de connaissance (urbanisme, habitat…), qui doivent être abordés de façon globale et non cloisonnée, afin de poser les bases d’un plan d’actions cohérent.

De même, la conception des actions à conduire fait appel à des connaissances pratiques et théoriques, qui nécessitent l’implication conjointe des agents chargés de l’élaboration des cadres, préconisations et documents de références, et des agents engagés dans les interventions physiques sur le terrain.

Suivi du projet et capitalisation

Afin de pouvoir mener à bien le projet de la façon la plus participative et inclusive possible, des dispositifs spécifiques devront être mis en place. Les mécanismes suivants peuvent notamment être envisagés :

  • organisation de réunions régulières à destination de toutes les parties prenantes et habitants, afin de maintenir un bon niveau de connaissance collectif sur l’avancement du projet et d’interroger régulièrement sa cohérence territoriale (exemple : réunion bimensuelle) ;
  • mise en place d’une plateforme d’information sur le projet, dont les modalités institutionnelles et pratiques restent à préciser (portail web, groupe de discussion…) et qui pourra également servir d’interface de discussion entre les différents services (partage de documents, de dates…) ;
  • production d’un document de synthèse ou de revue du projet (intégrable sur la plateforme), qui sera accessible par tous, servira de référence pour retracer l’historique des choix et démarches et permettra de faciliter les retours d’expérience et le partage avec d’autres collectivités.

Dans la mise en place de chacun de ces éléments comme dans la mise en place initiale du projet, il est primordial de veiller à une large communication auprès des habitants et des professionnels de la collectivité. Cette communication à chaque étape devra rythmer la dynamique du projet et le valoriser auprès des élus, agents et habitants afin de garantir une bonne mobilisation. En résonnance avec les évolutions contemporaines de l’action publique et la montée en puissance de l’urbanisme participatif, la mise en place de mécanismes innovants de co-conception, co-construction ou co-réalisation pourra utilement être explorée.