Genèse de cette proposition de méthodologie

Rencontres sur le territoire isérois

La proposition de méthodologie qui suit a été construite à partir de :

  • l’analyse du recensement des projets et initiatives autour de la préservation et réhabilitation du bâti ancien en pisé,
  • plusieurs rencontres avec des professionnels d’organismes publics du territoire isérois,
  • l’étude de guides méthodologiques pour des projets destinés à des acteurs locaux d’organismes publics (notamment guides méthodologiques du service Rhône-Alpes Energie Environnement), qui a permis d’approfondir des aspects méthodologiques.

L’analyse des projets et initiatives recensés a révélé l’insuffisance des actions à destination des collectivités et la prépondérance des actions à visée de valorisation culturelle. La présente méthodologie a donc ciblé des aspects moins « patrimoniaux » et plus ancrés dans les pratiques et besoins liés aux usages quotidiens de ces bâtis et portés par les collectivités territoriales.

Parmi les personnes rencontrées, on peut citer Isabelle Steinmetz (chargée de mission Architecture au CAUE de l’Isère), Christelle Four (responsable Pays d’Art et d’Histoire du Pays Voironnais), Camille Meneboode (responsable Habitat-Logement, communauté de communes des Vallons de la Tour), Julien Ducrotois (AGEDEN, responsable du pôle Espace Info-Energie).

Ces rencontres ont permis de dégager différents champs de questionnement, qui seront poursuivis et approfondies dans la seconde partie du projet et soulèvent des thématiques variées :

  • Comment intégrer le bâti ancien en pisé dans les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), les Projets d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et les Plans Locaux d’Urbanisme Intercommunaux (PLUI) et quelles limites établir entre obligation et incitation ?
  • Comment intégrer le bâti ancien en pisé dans les Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) ?
  • Comment inciter les collectivités territoriales à intégrer des diagnostics patrimoniaux en amont de leurs projets territoriaux et comment les rendre opérationnels ?
  • Comment former les architectes conseillers aux questions liées au pisé ?
  • Comment faire en sorte que le pisé sorte du champ de la valorisation culturelle pour intégrer des politiques liées au patrimoine habité ?
  • Comment accompagner les chartes paysagères et architecturales sur les territoires ?
  • Comment fédérer des services qui ne travaillent pas ensemble pour traiter cette thématique qui demande une approche pluridisciplinaire ?
  • Comment faire exister l’ingénierie patrimoniale sur le territoire ?
  • Comment former le personnel des collectivités dans la durée ?
  • Doit-on aller jusqu’à faire valoir des aspects juridiques pour motiver les territoires à intégrer des politiques liées au bâti ancien en pisé (exemple : notion de responsabilité de la collectivité en cas d’aménagement de voirie générant des pathologies ou sinistres) ?
  • Comment créer des politiques soutenues dans le temps malgré des financements souvent ponctuels ?
  • Comment intégrer des prescriptions liées au pisé lors de l’instruction des permis ou demandes préalables ?
  • Comment et avec quelle légitimité orienter vers des praticiens “qualifiés” ?
  • Qui former et à quel niveau ?
  • Comment mettre en œuvre des politiques de l’habitat et des subventions en cohérence avec le fonctionnement du pisé ?

Ces questionnements démontrent à quel point la thématique de la préservation et de la réhabilitation du bâti ancien en pisé est transversale à de nombreux acteurs du territoire et concerne à la fois des décisions à grandes échelles et des actes quotidiens. Ils mettent également en valeur des questions de temporalité et de gouvernance, des enjeux de connaissance du patrimoine et de formation de ses acteurs, ou encore des questions de cohérence des politiques à travers différentes échelles décisionnelles.

Enseignements de l’atelier de réflexion avec les acteurs institutionnels de l’Isère

Pour permettre la co-construction de cette proposition de méthodologie, un atelier de réflexion a été organisé en présence d’agents et élus des collectivités territoriales iséroises ainsi que d’autres professionnels d’institutions liées à notre thématique du projet.

L’atelier a débuté par un retour sur les recensements conduits dans le cadre du projet, ce qui a permis de créer un socle commun de connaissances, base du travail collectif. Les discussions ont ensuite été organisées autour de la question suivante : “quelles sont les pratiques qui ont un impact sur le bâti ancien en pisé” ? Illustrée par des photographies évocatrices prises sur le territoire isérois, cette question avait pour but de définir avec les participants un système de pratiques liées au bâti ancien en pisé et de visualiser les acteurs concernés et autres ressources (voir le compte rendu de cet atelier pour plus d’information).

Sur la base des informations collectées, des échanges au cours de l’atelier et d’un travail d’approfondissement ultérieur, les dimensions suivantes ont été identifiées :

  • Réglementation de la construction (normes, Documents Techniques Unifiés (DTU), réglementations thermiques, assurances…),
  • Interventions sur le bâti (aménagement, rénovation, mise en accessibilité, travaux de ravalement, réhabilitation avec changement de destination, rénovation énergétique, entretien, restauration…),
  • Interventions dans l’écosystème extérieur du bâti (aménagement, construction ou entretien dans les contextes ou indirects),
  • Urbanisme (diagnostic patrimonial, document d’urbanisme, instruction des projets, chartes architecturales et paysagères…),
  • Subventions,
  • Vente ou cession,
  • Marché des matériaux,
  • Usage (privé/collectif, usager propriétaire/ non propriétaire, usage permanent/occasionnel, vacance, abandon, destination du bâti…),
  • Politique de l’habitat (OPAH, conventions avec l’ANAH, …),
  • Tourisme (mise en tourisme de sites, parcours de valorisation…),
  • Connaissance (recherche, identification du matériau, partage de connaissances, sensibilisation, textes de références, diagnostic du bâti, conseil, formation…),
  • Préservation (identification patrimoniale, intégration dans une aire de protection, classement…)
  • Mode d’intervention (intervention professionnelle/non professionnelle, auto-construction…).

Ces différents champs illustrent l’étendue des impacts possibles sur le bâti en pisé et reflètent la complexité de la thématique et la façon dont elle prend forme sur le quotidien des territoires. Il serait intéressant, dans la deuxième partie du projet, de croiser ces dimensions avec les thématiques et questionnements clés identifiés précédemment, afin de cibler les actions à conduire en priorité.

Les conclusions de l’atelier et des rencontres sur le territoire démontrent la nécessité de mettre en place une politique territoriale consacrée au bâti ancien en pisé, politique articulée avec les instances institutionnelles d’échelle supérieure. L’ »outil » initialement prévu dans le cadre du projet a donc pris la forme d’une proposition de méthodologie pour la mise en place d’un plan de gestion et non pas d’un document descriptif se limitant à des préconisations.

recapitulatif atelier 22 juin