Recommandations

  • Prolonger la collecte de données dans les zones peu couvertes jusqu’ici, notamment la Savoie et la Haute-Savoie, l’Allier, le Puy de Dôme et la Drôme. La prise de contact avec les services de l’inventaire de l’ancienne région Auvergne ainsi que les CAUE et UDAP permettrait de faciliter cette collecte de données complémentaires ;
  • Continuer le travail sur les zones de protection patrimoniale et rassembler les différentes zones retenues en un seul fichier ;
  • Encourager la prise en compte du pisé dans les mécanismes d’inventaire et d’inscription. Il est probable que nombre de sites classés ou inscrits au titre des monuments historiques et comprenant du pisé ne soient pas inclus dans cette base par manque d’informations sur les matériaux et techniques de construction dans les données disponibles. À court terme, des compléments d’information peuvent être sollicités auprès des services compétents (UDAP notamment). À long terme, il semble important d’encourager la prise en compte du pisé et plus généralement des techniques de construction vernaculaires par les services de l’État, des régions et des collectivités dans leurs travaux respectifs. Les inventaires devraient ainsi mentionner les techniques et proposer une définition unifiée du terme « pisé ». De même, le pisé devrait apparaître dans les nouveaux dossiers d’inscription ou de classement au titre des monuments historiques ;
  • Prolonger les échanges de données avec les services régionaux et départementaux (Isère en particulier) pour enrichir les ensembles de données ;
  • Valider le format des ensembles de données (en particulier les champs utilisés) avec les services susceptibles de les utiliser (services de l’inventaire, collectivités) ;
  • Permettre une mise à jour des ensembles de données proposés par les formats et les modalités de diffusion (données ouvertes disponibles en ligne plutôt qu’uniquement supports physiques de diffusion).