Analyse

Analyse globale

Le croisement des trois ensembles de données confirme l’importance du bâti ancien en pisé dans la région, autant par la zone géographique concernée – 22 % des communes de la région, représentant plus de 3 millions d’habitants, sont identifiées comme présentant du bâti en pisé – que par la variété du bâti et des ensembles concernés. Le bâti ancien en pisé représente jusqu’à 40 % de l’ensemble du bâti actuellement existant dans certaines communes. La précision des données collectées ne permet toutefois pas encore d’établir des projections fiables de quantité de bâtiments en pisé dans la région.

Une partie de ce bâti est déjà incluse dans les dispositifs de protection patrimoniale : 62 sites sont inscrits ou classés au titre des monuments historiques, soit moins de 1,5% des sites inscrits ou classés au titre des monuments historiques à l’échelle de la région. On observe à ce stade une prédominance de pisé dans l’ancienne région Rhône-Alpes, due en partie au manque de données collectées sur la partie Auvergne.

capture-decran-2017-02-03-a-10-06-31

Figure 2 : Nombre de sites inscrits ou classés monuments historiques comprenant du pisé relevés par département. Felipe Guttierez. 2016   

Répartition géographique du bâti en pisé

Le pisé se concentre essentiellement le long des vallées fluviales et en plaine, bien qu’on en trouve encore ponctuellement jusqu’à 1000 mètres d’altitude. Le relief ne semble pas déterminant pour expliquer la présence ou l’absence de pisé. On note ainsi certaines zones au relief peu élevé où la pierre est disponible et le pisé absent ou peu présent comme à L’Isle Crémieu, aux Monts d’Or ou sur les contreforts du Pilat. Certaines communes du Nord-Ouest de l’Ain telles que Boz, situées dans une zone où l’on s’attendrait à trouver du pisé, semblent pourtant ne pas en présenter. La proximité directe avec la Saône y aurait imposé l’utilisation de la pierre comme matériau de construction suite aux crues catastrophiques du 19ème siècle ; cette hypothèse explicative demeure toutefois à vérifier.

De nombreuses zones restent toutefois à explorer pour déterminer la présence de pisé. Les données disponibles révèlent ainsi une forte probabilité de trouver du pisé entre Clermont-Ferrand et Moulins. D’autres informations tendent à indiquer une présence ponctuelle de pisé entre Chambéry et le Sud Grenoblois dans la vallée du Grésivaudan. Enfin, la présence de pisé dans la Drôme, déjà avérée, est susceptible d’être plus importante que ce que les informations collectées ont permis d’établir à ce stade.

Usages du bâti en pisé

Les données collectées pour les sites inscrits au titre des monuments historiques comprenant du pisé montrent une variété d’usages par les fonctions (fonctions actuelles) et catégories (déterminées d’après les fonctions d’origine connues) dans lesquelles ils s’inscrivent. Cette variété, bien qu’obtenue sur la fraction très restreinte du bâti protégé au titre des monuments historiques, permet d’envisager la diversité des situations dans lesquelles le pisé a été utilisé pour bâtir. Il ne s’agit donc pas uniquement de bâti rural à vocation agricole comme on peut le percevoir au premier abord en se déplaçant sur le territoire, mais aussi d’immeubles, châteaux, bâtiments administratifs, religieux ou industriels.

capture-decran-2017-02-03-a-10-10-23

Figure 3 : Fonctions des sites classé ou inscrit contenants du bâti en pisé parmi les sites recensés. Felipe Guttierez. 2016

capture-decran-2017-02-03-a-10-10-30

Figure 4 : Catégories des sites classé ou inscrit contenants du bâti en pisé parmi les sites recensés. Felipe Guttierez. 2016

Période de Construction

capture-decran-2017-02-03-a-10-10-36

Figure 5 : Nombre de sites inscrits ou classés comportant du pisé recensés par période de construction. Note : les bâtiments recensés de l’époque contemporaine ne concernent pas les bâtiments construits récemment qui ne seraient pas inscrits ou classés.

Ce graphique tiré des données des sites inscrits ou classés au titre des monuments historiques montre les périodes de construction des sites classés ou inscrits. Il permet d’envisager que le pisé est une technique de construction utilisée depuis le haut Moyen Âge dans la région sans interruption. Cette hypothèse reste pourtant à vérifier en analysant la période de construction des structures en pisé présentes sur ces sites. L’importance du développement de la technique à travers les siècles reste également à vérifier. L’exemple de la salle de la Diana à Montbrison, dont les murs porteurs sont en pisé, atteste cependant d’une utilisation de la technique du pisé à partir du 14ème siècle.

Ouverture au Public des Monuments Historiques comprenant du pisé

capture-decran-2017-02-03-a-10-16-24

Figure 6 : Ouverture au Public des Monuments Historiques comprenant du pisé

La moitié des sites inscrits ou classés proposent une ouverture au public, cependant il n’est pas assuré qu’ils mettent en valeur le pisé. Bien qu’il soit assuré que le pisé est intégré dans certains circuits (Musée de la Bresse au Domaine des planons par exemple), les données collectées jusqu’ici ne permettent pas d’évaluer l’importance de sa mise en valeur à l’échelle de la région.