Le patrimoine bâti en pisé en Auvergne Rhône Alpes

Enjeux et méthode de la recherche

L’objectif de cette recherche était de dresser un panorama du patrimoine bâti en pisé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes avec un focus sur le bâti et les ensembles faisant l’objet d’une protection patrimoniale. Trois ensembles de données ont été mis en place à cette fin :
● recensement du bâti et des sites inscrits ou classés Monument Historique (MH) comprenant du bâti pisé ;
● recensement des zones de protection du patrimoine pouvant inclure du bâti en pisé (ZPPAUP, Avap et Parcs Naturels Régionaux) ;
● recensement des communes où du bâti ancien1 en pisé existe.

La constitution de ces ensembles de données s’est appuyé sur des données et outils en ligne et a mobilisé différents acteurs du patrimoine en région et dans les départements. Le croisement des données à l’aide de représentations cartographiques permet d’affiner et d’enrichir chaque ensemble et de visualiser la présence du pisé et sa protection en tant que patrimoine sur les territoires de la région. Seule la technique du pisé a été considérée ici : les autres techniques de construction en terre crue n’ont pas été relevées.

Modes de recherche

La collecte des données a été réalisée à travers deux outils : un tableur (liste des monuments historiques et zones de protection patrimoniale) et un logiciel de SIG (QGIS) pour la base de données des communes où l’on trouve du pisé. La recherche a fait appel à des ressources en ligne pour établir une première version. Ce jeu de données initial a été utilisé pour la réalisation de cartes en ligne ou imprimées qui ont servi de support de médiation lors des rencontres et restitutions pour compléter la collecte de données. Des demandes d’information ont été transmises en ligne ou lors de réunions avec les services régionaux et départementaux en charge du patrimoine (UDAP, service régional de l’Inventaire) et les membres de l’équipe CRAterre. Ces échanges ont permis d’affiner l’approche de collecte de données et les types de données à enregistrer, mais également d’apporter de nouvelles données. L’ensemble des données mises à jour a ensuite été trié et complété par un nouveau temps d’analyse à partir de sources en ligne.

A / La recherche des sites inscrits ou classés a fait appel aux bases de données du patrimoine en ligne (Mérimée, Gertrude, Monumentum), aux pages web dédiées au tourisme de chaque département concerné et aux pages web et ressources documentaires de différents projets déjà menés (Terra Incognita).

Figure 1 : Ressources utilisées pour la recherche des sites inscrits ou classés. Felipe Guttierez. 2016

La présence de pisé a ensuite été vérifiée pour chaque site identifié, ce qui a conduit à en écarter quelques-uns pour lesquels la terminologie « pisé » ne correspondait pas à la technique de terre compactée.

B / La recherche des zones de protection patrimoniale (ZPPAUP, AVAP) a été réalisée par un croisement des fichiers SIG des ZPPAUP et AVAP (sources) avec les zones de présence du pisé recensées par le laboratoire CRAterre-ENSAG2 et avec des sources en ligne.

C / La recherche pour la présence de pisé s’est appuyée sur les cartographies déjà réalisées (notamment dans la Loire)3, et sur les connaissances des membres du laboratoire CRAterre-ENSAG. Une vérification systématique de la visibilité du pisé a été assurée à travers des données photographiques en ligne (Google Street View) et des visites sur le terrain.

L’ensemble de ce processus a permis de produire des jeux de données relativement fiables mais non exhaustifs. C’est particulièrement vrai pour la présence de pisé dans les communes :
• de nombreuses zones frontières n’ont pas été explorées, en particulier dans les départements de l’ancienne région Auvergne ;
• des croisements avec d’autres jeux de données, notamment du service départemental de l’inventaire de l’Isère, révèlent la présence de bâti remarquable en pisé dans certaines communes non recensées comme comprenant du pisé.

Méthode de capitalisation

L’ensemble des données est saisie de sorte à permettre un traitement et un partage facilité.

  • L’établissement de la base de données des monuments historiques en pisé est basé sur la fiche d’indexation minimale des monuments historiques et des édifices du patrimoine architectural telle que définie par le Conseil de l’Europe4 ;
  • L’identification des zones de protection patrimoniale (AVAP et ZPPAUP) est réalisée par extraction des bases AVAP et ZPPAUP de l’Atlas des Patrimoines5 dans un format SIG (Shapefile) ;
  • L’identification des communes dans lesquelles du pisé est présent est assurée à partir du fichier GEOFLA® Communes de l’IGN.

Base « MH pisé »
Fichier au format csv. Les champs utilisés sont :
– REFERENCE : au format « PRA2-B-XX »
– NOM
– COMMUNE
– LAT : latitude au format décimal
– LONG : longitude au format décimal
– DATE : période principale de réalisation (autres dates portées en description si nécessaire). Liste de choix  du 10ème au 20ème siècle
– DESCRIPTION
– TERRE CRUE : technique terre crue présente (permet de signaler d’autres techniques terre crue)
– PISE_PROTEGE : oui/non. Indique si les éléments en pisé sont inclus dans le périmètre de la protection
– PROTECTION : classé ou inscrit MH (année), autres protections, séparé par point-virgule
– PROPRIETE_GESTION : choix multiple (propriété d’une association, d’une personne privée, d’une société privée, de la commune, d’un établissement public, publique)
– OUVERT_AU_PUBLIC : oui/non
– FONCTION ACTUELLE
– FONCTION DE REFERENCE : fonction d’origine connue, d’après le thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés (décembre 2013)
– CATEGORIE : établie selon la fonction de référence d’après le thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés (décembre 2013)
– SOURCES : URL des fiches et autres ressources en ligne faisant référence à l’entrée
– REFERENCE MERIMEE : référence de la fiche correspondante dans la base Mérimée
– REFERENCE GERTRUDE : référence de la fiche correspondante dans la base Gertrude

Base « Zones de protection patrimoniale pisé »
1 fichier AVAP et 1 fichier ZPPAUP au format shp.

Base « Pisé communes »
1 fichier au format shp. Les champs « Pisé » (oui/non) et « PISÉ_PRCEN » (%) ont été ajoutés pour faire état de la présence de pisé et de la proportion de bâti comprenant du pisé sur le total du bâti de la commune. Cette dernière donnée est, à ce stade, non renseignée afin de concentrer les efforts sur la collecte de données liées à la simple présence de pisé sur le plus grand territoire possible.

Limites de la recherche

  • La recherche par mot-clé dans les différentes bases de données du patrimoine ne donne pas l’assurance de relever l’ensemble des monuments et sites concernés. En effet, la technique de construction n’est pas un champ spécifique et obligatoire dans ces bases de données et n’apparaît pas systématiquement dans la description. De plus, l’ensemble des fiches d’inventaire n‘est pas nécessairement numérisé et les outils utilisés aux différentes échelles par les services d’inventaire ne sont pas nécessairement interopérables.
  • La terminologie utilisée dans les bases de données du patrimoine est parfois à vérifier : certaines occurrences du terme « pisé » ne correspondent pas à l’utilisation de la technique pisé mais à l’utilisation de terre crue (torchis en particulier). De même, pour certains monuments identifiés comme « en pisé », toute la structure visible est en pierre et aucune évidence de l’utilisation de la technique pisé n’a été relevée. Un certain nombre de monuments identifiés à partir du mot-clé « pisé » dans la base Mérimée ont donc été supprimés de notre fichier de données après une analyse approfondie et parfois dans l’attente d’une vérification de la présence effective de pisé.
  • La quantité de données à relever et vérifier pour la base commune_pisé n’a pas permis de couvrir l’ensemble du territoire de la région : les zones les plus connues pour la présence de pisé ont été couvertes en priorité.
  • La recherche pour les AVAP et ZPPAUP a principalement utilisé le croisement avec d’autres données (présence de pisé notamment). Le diagnostic d’AVAP de Grignan, commune qui n’était pas inclue dans les autres données faisant état de pisé, a toutefois permis d’y confirmer la présence de pisé. Les diagnostics et la documentation n’étaient pas disponibles pour la plupart des autres zones (AVAP, ZPPAUP, autres) « hors données pisé » et pourraient amener à reconsidérer les zones non couvertes dans les données actuelles.

 

1 Nous entendons par bâti ancien le bâti construit avant 1948 selon la définition de l’INSEE
2 Le bâti en terre en France – carte réalisée par Elvire Leylavergne et Aurélie Béziane d’après les travaux du laboratoire CRAterre ENSAG, 2012
3 Inventaires réalisés par l’association Pisé, Terre d’Avenir (Pascal Scarato et Jacky Jeannet) pour le Parc Naturel Régional du Livradois Forez 1984
4 Conseil de l’Europe, comité des ministres, recommandation n° r (95) 3 du comité des ministres aux états membres relative à la coordination des méthodes et des systèmes de documentation en matière de monuments historiques et d’édifices du patrimoine architectural (adoptée par le Comité des Ministres le 11 janvier 1995, lors de la 525e réunion des Délégués des Ministres)
5 Atlas des patrimoines atlas.patrimoines.culture.fr/