Atelier cartographie participative 19 mai 2016

Synthèse de la réunion du 19 mai 2016

« Recensement du bâti ancien remarquable sur le territoire d’Isère, porte des Alpes »

 

Présentation du projet
Ce projet est porté par le laboratoire CRAterre (unité de recherche AE&CC, école d’architecture de Grenoble), soutenu par le CDDRA Isère Porte des Alpes.

Objectifs du projet
Il vise à comprendre les politiques de mise en valeur du patrimoine architectural en pisé, des valeurs qui lui sont liées et des acteurs qui le font vivre au quotidien en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il permettra de développer des méthodologies de travail et des outils qui pourront être utilisés dans le cadre d’actions portées par des collectivités locales souhaitant mettre en valeur leur patrimoine en pisé, ou constituer une aide à la décision pour l’orientation de politiques d’aménagement du territoire.
Il s’agit d’une démarche pilote à l’échelle du territoire IPA (investi depuis longtemps sur la question du pisé), pour ensuite avoir des pistes de développement à l’échelle de la région dont une grande partie est concernée par le patrimoine en pisé. À plus long terme, la construction d’un argumentaire pour une candidature à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est envisagée (région caractéristique avec un mode de construction bien implanté et homogène qui participe à son identité de manière forte).

Mieux connaître le pisé sur le territoire Isère, Porte des Alpes
Rassembler les données d’inventaire existantes et rechercher auprès des habitants du territoire les bâtiments et ensembles remarquables est indispensable pour mieux connaître ce patrimoine, très varié sur le territoire IPA (habitat (fermes, centre-bourg), fours, domaines (maisons bourgeoises en pisé ou murs de clôture et dépendances en pisé), bâtiments domestiques, agricoles, moulins à eau, mairies, églises, logements ouvriers, bâtiments industriels, ensembles urbains, etc.). La démarche participative choisie permet de mieux comprendre les valeurs associées à ce bâti ancien par les habitants et acteurs du territoire. Cette démarche permet aussi d’identifier des acteurs clés afin de construire une dynamique par la suite, autour des thématiques suivantes :
– importance du lien entre connaître le patrimoine et pouvoir le préserver, dans sa diversité, ses différentes échelles mais aussi à travers les différents secteurs concernés : culture, habitat, économie, urbanisme, aménagement du territoire
– Nécessité d’un travail de fond pour comprendre et enrichir le système global qui permet sa réhabilitation durable à l’échelle territoriale

Questions / réponses par rapport à l’inventaire

Est-il possible de répertorier des ensembles plutôt que de simples bâtiments ? (Par exemple un hameau, ou une rue). Dans certains cas, il y a des caractéristiques qu’on retrouve d’un bâtiment à l’autre, concentrées sur un secteur réduit. Ce qui fait sens c’est l’ensemble.
Oui bien sûr, ce qui nous intéresse ce sont des lieux identifiés comme « faisant patrimoine » pour les habitants du territoire, ou représentatifs de paysages caractéristiques. Ce n’est peut-être pas un bâtiment, mais un quartier, un hameau, un centre-bourg, des lieux de vie, des systèmes agricoles, des organisations sociales, etc.

Quel intérêt de répertorier ce bâtiment plutôt que l’autre ? Quelle est la finalité ?
Ce qu’on a besoin de savoir c’est où il y a de la terre dans les murs et pourquoi cette terre a du sens, pourquoi ce bâtiment là a de la valeur pour vous ? C’est peut-être vos parents qui vous ont raconté des choses. Parce que vous regardez le territoire d’une autre façon, on pourra déceler des valeurs qui n’ont pas été vues et qui vont au-delà du matériau. Même si vous n’avez pas la possibilité de retourner sur place prendre des photos. Simplement le fait d’avoir l’information qu’à cet endroit il y a quelque chose d’intéressant, c’est déjà très important.

Faut-il indiquer des bâtiments qui ont peut-être une durée de vie très courte ? (Patrimoine en grand danger comme l’orangerie du château de Montcizet)
Oui, pour être sûr qu’on le reconnaisse, et au moins en garder la mémoire.

Faut-il l’accord du propriétaire pour mentionner un lieu privé ?
Non, mais il a le droit de demander que la photo de son bâtiment soit enlevée (comme pour google, ou pour l’inventaire participatif à Lyon). Pour les photos prises depuis le domaine public, il n’y a pas de problème particulier. Par contre si la photo est prise depuis la propriété, il faut l’autorisation des propriétaires. Ça dépend aussi de l’usage qui en est fait. Par exemple, il ne faut pas être diffamant. Donner la localisation, mais pas le nom des propriétaires.

Points de discussion

Reconnaissance du patrimoine par les habitants du territoire
Les personnes ne se rendent pas compte de leur patrimoine et de quoi il est composé, comme ils sont habitués à le voir tous les jours. C’est seulement quand un bâtiment est détruit ou une demande est faite (comme remplir un questionnaire) que les personnes commencent à le reconnaître, l´apprécier et le valoriser.

Pourcentage de bâtiments en pisé sur la commune
Le pourcentage de bâtiments en pisé sur la commune est important. Par exemple, aux Vallons de la tour, c’est lorsque les communes se sont rendues compte que 35 à 40 % de leurs bâtiments étaient en pisé qu’elles se sont dit que c’était un enjeu important. Il s’agit ici de nous donner votre estimation de la proportion de bâti en pisé sur la commune.

Mise en place des PLU dans les petites communes d’IPA
Les petites communes doivent créer leurs PLU avant mars 2017, avec une réduction drastique des terrains constructibles. Beaucoup de granges et de maisons anciennes auxquelles les propriétaires ne s’intéressaient pas vont donc probablement se revaloriser, avec une augmentation des réhabilitations. Le moment est donc crucial pour réfléchir à comment aménager sa commune et encadrer ces transformations.

Nécessité pour les collectivités d’accompagner les propriétaires
Il y a encore une forte méconnaissance de beaucoup de communes sur la façon d’aborder le pisé. Il faudrait vraiment quelles soient volontaires pour qu’il y ait une vigilance et un véritable accompagnement des propriétaires avant même l’instruction des permis de construire (orientations, préconisations, règlement).

Besoin d’un appui de spécialistes aux collectivités
Les collectivités ne peuvent pas assurer cet accompagnement seules, elles auraient besoin de l’appui de professionnels et de spécialistes. L’idéal serait d’avoir tous les bâtiments en pisé bien répertoriés dans une commune, et que lorsqu’il y a une demande de modification, de travaux, de permis de construire, la commune puisse orienter le propriétaire vers un service de conseil pour éviter les erreurs et donner les bonnes idées. Pour le moment, il n’y a pas encore beaucoup d’entreprises, elles sont débordées.