Analyse

Le territoire : Isère Portes des Alpes

Le territoire d’Isère, Porte des Alpes est situé au nord du département de l’Isère et s’articule entre régions fortement urbanisées autour de l’axe autoroutier Lyon Grenoble et communes plus rurales à ses périphéries. Le territoire d’Isère, Porte des Alpes est composé de 30 communes réparties en deux EPCI : la CAPI (communauté d’agglomération Porte de Isère) et la CCBD (communauté de communes Les Balmes Dauphinoises).

3-cartes

Figure 4 : Analyse cartographique du territoire d’Isère, Porte des Alpes à partir des données INSEE : logement et population 2012. Grégoire Paccoud. 2016. Cartes provisoires.

L’exploitation des données INSEE sur le logement permet de visualiser l’urbanisation récente pour chacune des communes. Le faible pourcentage de logements construits avant 1946 ainsi que la grande quantité de logements observés actuellement indiquent un développement fort dans la seconde moitié du 20ème siècle sur l’axe Lyon-Grenoble. La dernière carte, qui montre le nombre de logements par rapport au nombre de bâtiments, donne une idée de la densité d’habitation.

Le bâti en pisé sur le territoire d’Isère, Porte des Alpes

La carte présentant la proportion de bâti en pisé sur le bâti total permet de visualiser la présence relative du pisé dans le paysage. On constate ainsi que la présence de pisé se fait beaucoup plus sentir en dehors de l’axe autoroutier qui a structuré le développement récent du territoire. Dans certaines communes périphériques comme Montcarra, presque la moitié du bâti serait en pisé. A l’inverse, le pisé est absent ou quasi-inexistant dans d’autres communes comme l’Isle Crémieu, où la pierre a été utilisée pour construire.

capture-decran-2017-01-26-a-11-02-04

Figure 5 : Estimation de la part de bâtiments en pisé par commune. Grégoire Paccoud. 2016.

Il faut cependant signaler qu’en termes quantitatifs, la moindre présence du pisé dans des communes telles que Bourgoin-Jallieu ne signifie pas qu’il n’y n’existe pas mais que sa proportion y demeure relativement faible au regard du nombre total de bâtiments. On note ainsi qu’il y aurait plus de bâtiments en pisé à Bourgoin-Jallieu qu’à Montcarra.

carte-1

Figure 6 : Estimation du nombre de bâtiments en pisé par commune. Grégoire Paccoud. 2016.

Le bâti en pisé remarquable sur le territoire d’Isère, Portes des Alpes

Aucun site inscrit ou classé au titre des Monuments Historiques n’a été relevé sur le territoire d’Isère, Porte des Alpes. Les données transmises par le service départemental du patrimoine de l’Isère sont parcellaires et n’ont donc pas été utilisées pour cette analyse.

Les questionnaires et réunions ont permis de couvrir 7 des 24 communes concernées par la gestion du bâti ancien en pisé : Villefontaine, Nivolas-Vermelle, Montcarra, Succieu, Chézeneuve, Bourgoin-Jallieu, Saint-Quentin-Fallavier. 43 bâtiments ou ensembles remarquables ont été recensés dans ces 7 communes.

Les réponses au questionnaire font apparaître des fonctions variées du bâti identifié comme remarquable (ci-contre), avec malgré tout une forte dominante des bâtiments à vocation domestique ou agricole.

Les données indiquées dans le questionnaire concernant les fonctions du bâti en pisé à l’échelle des communes (page suivante) confirment cette tendance observée à l’échelle du bâti remarquable.

 

capture-decran-2017-02-03-a-08-44-42

Figure 7 : Données issues des questionnaires concernant les fonctions du bâti en pisé