Le bâti ancien en pisé sur le territoire Isère-Porte-des-Alpes

Enjeux et méthode de la recherche

Cette recherche a porté sur le bâti ancien en pisé considéré comme remarquable et faisant patrimoine à l’échelle locale sur le territoire d’Isère, Porte des Alpes (IPA). Il s’agissait, dans un premier temps, de dresser une cartographie du pisé sur le territoire à travers les données existantes d’inventaires et de recensements, rassemblées dans le volet régional de la recherche (voir à ce sujet : « Le patrimoine bâti en pisé en Auvergne-Rhône-Alpes »). Cette cartographie a ensuite été complétée en faisant appel aux acteurs locaux, qui ont fait émerger des valeurs patrimoniales en proposant une sélection de bâtiments et d’ensembles remarquables.

L’objectif de cette expérience, conduite à l’échelle des collectivités locales, était de définir une méthodologie d’identification et d’analyse reproductible sur d’autres territoires et d’envisager les possibilités de mener ce type d’action à des échelles départementales ou régionales. Cette expérience s’inscrivant dans le cadre du projet « Mise en Valeur du Patrimoine Régional en Pisé » porté principalement par le territoire Isère, Porte des Alpes, ce dernier a été sélectionné comme territoire pilote à l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour ce volet de la recherche.

Figure 1 : Échelles d’investigation du projet. Felipe Guttierez. 2016

Activités mises en place :
– Collecte des données : recensement et analyse des inventaires existants sur le patrimoine en pisé sur le territoire d’IPA ; élaboration d’un questionnaire en ligne pour identifier les bâtiments remarquables en pisé, leurs usages et les éléments caractéristiques de chaque commune ; entretiens avec les maires et autres personnes en charge du bâti à l’échelle communale ; visites sur le terrain ;
– Traitement des données : saisie, homogénéisation ;
– Production de restitutions graphiques utilisées aux différentes étapes du processus.

Mode de recherche

L’objectif de cette partie du projet était de faire émerger ce qui constitue au niveau du territoire un bâti remarquable ; une méthodologie itérative a donc été mise en place pour faire ressortir par différents moyens ce qui était perçu localement comme tel.

Figure 2 : Méthodologie utilisée pour la collecte des données. Felipe Guttierez. 2016

Préalablement au travail de consultation des acteurs, une première phase de prise de contact avec le territoire et ses architectures a été réalisée, en faisant appel à la bibliographie existante (inventaires et recensements réalisés précédemment sur ce territoire). Ce premier repérage a été complété par des visites de terrain, qui ont permis à l’équipe de se familiariser avec le territoire ciblé.

flyer-patrimoine-pise-ipa         Figure 3 : Flyer pour le recensement participatif

A/ Questionnaire : En raison de la taille du territoire à couvrir, un questionnaire en ligne a été réalisé, afin d’obtenir des données émanant d’acteurs locaux. Ce questionnaire a été transmis aux contacts fournis par les techniciens d’Isère, Porte des Alpes (élus, techniciens ou employés de collectivités, notamment maires, adjoints à l’urbanisme, au Tourisme/Patrimoine, etc.). Il est organisé en 2 parties :
– la première permet de relever des informations à l’échelle de la commune ;
– la seconde permet de décrire plus précisément un bâti ou ensemble considéré comme remarquable.
Il a été demandé aux personnes renseignant ce questionnaire de proposer une sélection de bâtiments ou d’ensembles qu’ils considéraient comme représentatifs de leur commune.

B/ Réunions : Deux réunions dans les locaux de la CAPI (l’Isle-d’Abeau) ont permis de mieux présenter le projet « Mise en valeur du patrimoine régional en pisé », d’échanger avec les acteurs locaux sur son avancement et de collecter des données :
– Le questionnaire a été expliqué à cette occasion et une aide à son remplissage proposée.
– Un atelier de cartographie participative a également eu lieu et a permis de recenser et localiser de nombreux bâtiments et ensembles remarquables en pisé. Le recensement d’ensembles a été intégré suite aux manifestations d’intérêt des participants, car ce concept est apparu être plus représentatif des réalités du territoire que le seul bâti.

C/ Visites auprès des Mairies : Sur la base des visites préparatoires et des premières données collectées, plusieurs journées de visite sur le terrain ont été organisées. Elles ont permis de documenter le pisé dans les communes où il est présent et de rencontrer les équipes municipales pour échanger sur le projet et vérifier la bonne réception des informations envoyées (notamment les questionnaires et les invitations aux réunions). Ces visites ont permis d’affiner considérablement les données recueillies et d’identifier 6 communes n’étant pas ou très peu concernées par la gestion du bâti ancien en pisé : Trept, Saint-Hilaire-de-Brens, Vénérieu, Vaulx-Milieu, Saint-Marcel-Bel-Accueil, Saint-Alban-de-Roche.

D/ Enquêtes auprès des Acteurs : Une enquête plus fine avec la participation des acteurs locaux a permis d’approfondir ce travail au travers de visites commentées dans 3 communes : Succieu, Montcarra et Nivolas-Vermelle.

Méthode de capitalisation

L’information collectée a été enregistrée au format tableur dans un ensemble de données « Bâti ancien remarquable_IPA ». Le fichier a été réalisé sur la base des fichiers « patrimoine pisé en Auvergne-Rhône-Alpes_MH » décrit dans « 2.1 Le patrimoine bâti en pisé en Auvergne-Rhône-Alpes ». Les champs existants dans le fichier « Monument historique » ont été conservés au maximum dans le fichier « Bâti ancien remarquable IPA » de façon à faciliter l’interopérabilité entre les données.

Bâti ancien remarquable_IPA
Cet ensemble de données est aujourd’hui constitué par :
– Les bâtiments inventoriés par le Service du Patrimoine du département l’Isère (mise à disposition des données en cours) ;
– Les bâtiments ou ensemble de bâtiments reconnus par les acteurs et les représentants locaux d’après les réponses données au questionnaire ;
– Les bâtiments ou ensembles de bâtiments identifiés pendant l’atelier de cartographie participative.

Il est constitué des champs suivants :
REFERENCE : au format « PRA2-IPA-B-XX »
NOM
COMMUNE
LAT : latitude au format décimal
LONG : longitude au format décimal
DATE : période principale de réalisation (autres dates portées en description si nécessaire). Liste de choix du 10ème au 20ème siècle
DESCRIPTION
JUSTIFICATION : indications fournies pour expliquer le côté remarquable
PROPRIETE_GESTION : choix multiple (propriété d’une association, d’une personne privée, d’une société privée, de la commune, d’un établissement public)
FONCTION_ACTUELLE :
FONCTION_DE_REFERENCE : fonction d’origine connue, d’après le thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés (décembre 2013)
CATEGORIE : établie selon la fonction de référence d’après le thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés (décembre 2013)
ETAT : état de conservation du bâti, donné pour les murs, enduits, couvertures, soubassements, systèmes d’évacuation des eaux pluviales, séparés par point-virgule
IMPORTANCE : importance patrimoniale du bâti, évaluée sur une échelle de 1 à 5 en référence à la commune considérée
UTILISATION_ACTUELLE : oui/non
ORIGINE_DONNEES : source de la donnée (questionnaire, réunion, inventaire CG38, etc.)
NOM_CREATEUR : nom de la personne ayant signalé le bâti/ensemble pour la première fois ou ayant réalisé la fiche d’inventaire utilisée pour l’inclure dans cet ensemble de données.
DATE_CREATION : date de signalement ou de création de la fiche utilisée pour inclure le bâti/ensemble dans cet ensemble de données

Limites de la recherche

● Les retours sur le bâti remarquable ont été limités à quelques communes et ne donnent donc pas une vision d’ensemble sur tout le territoire d’IPA. Les questionnaires et réunions ont permis de couvrir 7 des 24 communes concernées par la gestion du bâti ancien en pisé  : Villefontaine, Nivolas-Vermelle, Montcarra, Succieu, Chézeneuve, Bourgoin-Jallieu, Saint-Quentin-Fallavier.
● Cela est sans doute lié à un manque d’accompagnement initial pour le questionnaire, un temps trop court pour répondre au questionnaire, et des prises de contact pas toujours pertinentes (étant engagées initialement pour transmettre le questionnaire et inviter aux réunions). Les retours obtenus reflètent toutefois une véritable préoccupation dans les communes concernées, qui souhaitent voir le travail se poursuivre.
● Dans le cadre du projet, l’investigation s’est focalisée sur les collectivités et élus. Elle ne prend pas en compte à ce stade les bâtiments qui pourraient être considérés comme remarquables par l’ensemble des habitants du territoire.