Analyse du recensement des projets et initiatives autour de la préservation et de la réhabilitation du bâti ancien en pisé

Limites de l’analyse

L’analyse portée sur le présent recensement est nécessairement limitée par les informations collectées et les principales difficultés rencontrées :
– non exhaustivité des actions recensées ;
– manque d’information concernant certaines de ces actions (date, durée, lieu, commanditaire, etc.).

Pour conduire certains volets de cette analyse, seule une partie des actions recensées a parfois pu être prise en compte. Par ailleurs, certaines analyses comparatives, pourtant potentiellement intéressantes, n’ont pu être réalisées par manque d’informations (étude concernant les prix d’accès, étude sur les commanditaires, etc.).

Enseignements tirés des données recensées

nombre de projets et initiatives recensés : 77
Date du projet ou de l’initiative recensée le/la plus ancien(ne) : 1977 (élément de bibliographie : Dauphiné, Raulin Henri, corpus de l’architecture rurale, cf. bibliographie)
Date des projets ou initiatives les plus récents : 2016 (en cours)

Les critères qui ont pu être analysés sont les suivants :
– localisation des actions : dénombrement par département ;
– période des actions : date par tranche de 5 ans ;
– représentativité des types d’actions
– publics destinataires (niveau 1 : public général de l’action, niveau 2 : publics destinataires de l’action décomposée).

Localisation des actions

capture-decran-2017-02-03-a-10-37-24

Figure 1 : localisation des actions recensées concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes – nombre de projets analysés : 77

On observe sur ce graphique que les départements ayant accueilli le plus d’initiatives sont l’Isère et le Rhône. Il serait intéressant de comparer ces données avec la carte recensant les communes présentant du pisé, afin d’interroger la corrélation entre présence de pisé et d’initiatives de mise en valeur. On constate cependant que dans certains départements présentant du pisé, comme la Savoie ou la Drôme, quasiment aucun projet n’a été repéré dans cette thématique. À lui seul, le territoire Isère, Porte des Alpes présente 12 projets ou initiatives. Il convient de souligner, toutefois, que le ciblage territorial du projet et les réseaux départementaux sur lesquels la recherche s’est appuyée ont pu constituer un biais d’enquête, permettant d’accéder à un plus grand nombre d’activités sur ce territoire.

Période des actions

capture-decran-2017-02-02-a-09-28-03

Figure 2 : période des actions recensées concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes – nombre de projets analysés : 132 (éléments de bibliographie inclus)

Ce graphique révèle deux temps forts. Le premier, dans les années 1980, est lié à la mise en place de politiques patrimoniales, qui fait émerger des projets concernant le bâti ancien en pisé. C’est dans ce contexte que naissent le laboratoire CRATerre, d’autres groupes d’étude tels que le groupe Pisé dans l’Ain ou encore les CAUE. Le second temps fort débute dans les années 2000, qui voient croitre régulièrement le nombre d’actions jusqu’à aujourd’hui. Cet intérêt s’explique en partie par la montée en puissance des considérations environnementales à travers les prismes de la réhabilitation énergétique et de l’usage de matériaux naturels dans la construction. Il reflète également l’augmentation constante, sur cette période, de l’utilisation d’internet, qui a constitué une source de données majeures pour l’enquête.

Représentativité des types d’actions

capture-decran-2017-02-03-a-10-38-02

Figure 3 : représentativité des types d’actions concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes – nombre de projets analysés : 162 (éléments de bibliographie inclus) > ne comporte pas les publications web

Ce graphique met en avant la diversité des projets mis en œuvre dans cette thématique. Il souligne cependant la prépondérance des publications sur les autres types d’actions, ces publications pouvant être de plusieurs natures (ouvrage, plaquette, charte etc.). Il convient également de rappeler que les formations professionnelles ne sont pas prises en compte dans ce travail et seront intégrées ultérieurement à partir des résultats du recensement en cours de réalisation par la fédération Eco-Construire.

capture-decran-2017-02-02-a-09-28-47

Figure 4 : répartition des publications concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes par type – nombre de publications analysées : 84 (éléments de bibliographie inclus) > ne comporte pas les publications web

À travers l’analyse des types de publications, on constate que presque les trois quarts des publications sont des livres, plaquettes ou fiches techniques. Il serait intéressant, dans une prochaine étude, de réaliser un retour qualitatif pour étudier l’impact des éléments les plus largement diffusés, notamment les plaquettes et fiches techniques.

Publics destinataires des actions recensées

capture-decran-2017-02-03-a-10-38-08

Figure 5 : grandes familles de publics destinataires des actions concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes – nombre de projets analysés : 77

On constate qu’une très large majorité des actions est conçue pour « tous publics », d’autant plus que les formations professionnelles ne sont pas prises en compte dans l’échantillon considéré.

capture-decran-2017-02-02-a-09-40-30

Figure 6 : décomposition des publics destinataires des actions concernant la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes – nombre de projets analysés : 77

Ce second graphique approfondit et précise les données présentées dans le graphique précédent. En décomposant les publics cibles, il fait apparaître des publics destinataires de volets spécifiques de projets à actions multiples. Un même projet a ainsi pu être comptabilisé dans plusieurs catégories de publics. Si la catégorie « tous publics » demeure largement majoritaire, on voit aussi apparaître un nombre d’actions important destiné aux professionnels privés. Une part moindre est allouée aux professionnels des collectivités, qui ont pourtant un rôle tout aussi important à jouer dans la préservation et la réhabilitation du bâti ancien en pisé. Apparaissent également les propriétaires, bénéficiaires d’actions de sensibilisation, ainsi que les enfants, bénéficiaires de projets pédagogiques.

Nécessité d’une étude concernant les financements de ces projets

La recherche a permis de mettre en évidence le fait que de nombreux acteurs de la sphère publique (institutions, associations etc.) ont mis en place, au cours des dernières décennies, des projets autour du bâti ancien en pisé. Le point commun de ces projets est d’avoir pu bénéficier de financements parmi lesquels on peut citer :
– des financements alloués directement par des entités territoriales (État, région, département, communauté de communes, commune) ;
– des subventions allouées indirectement par les territoires via des services spécifiques ;
– des financements mixtes publics/privés ;
– des financements associatifs.

Afin d’approfondir la présente étude il serait donc particulièrement intéressant d’étudier la provenance des financements et son évolution dans le temps. Cette question est en effet liée aux évolutions des entités territoriales et organismes institutionnels, ainsi qu’aux courants politiques favorisant des thématiques différentes.